Aurelien Loncke

Loncke Aurélien

Aurélien Loncke n’a pas les pieds sur terre ; cela dit, il n’est jamais allé sur la lune non plus. Il s’en approche parfois, à califourchon sur une étoile filante, car, là-haut, il connaît un petit champ secret où poussent des idées. Des idées de livres, bien entendu. Lors de ses voyages interstellaires, Aurélien en cueille un petit bouquet puis, de retour sur le plancher des vaches, si le temps ne lui permet pas de chouchouter ses sapins et ses érables, ses roses et ses iris, il choisit un crayon, quelques feuilles blanches comme neige, et il écrit. Mais parfois ce sont les personnages eux-mêmes qui s’invitent chez lui, souvent à l’heure du thé d’ailleurs. Ils lui racontent des histoires et, juste avant de dire : « Au revoir et à bientôt ! », ils lui murmurent d’en faire un conte, par pitié. Voilà, c’est ça, la vie d’Aurélien Loncke.