Digimax A50 / KENOX Q2

Saha Pierre

Né en 1966 à Clermont, dans l’Oise, Pierre Saha revendique une double origine : arménienne par son père, picarde par sa mère. Autre origine indécrottable : il est issu d’une famille d’ouvriers. Il a grandi à Liancourt, dans l’Oise. C’est un enraciné presque maladif, pour qui le passage de la Loire ressemble au franchissement de la Bérézina, en pire.

Après des études d’histoire, il est devenu professeur certifié en 1990 et a enseigné en lycée avant de devenir Inspecteur de l’Education nationale, dans l’Oise d’abord, puis en Seine Saint-Denis. Depuis 2005, il est principal-adjoint dans un collège d’Amiens.

La lecture et l’écriture sont ses deux principales passions, en dehors de sa famille, sa femme, ses deux enfants, son petit chien et ses quatre chats. Il s’est longtemps nourri de l’œuvre de Simenon, des auteurs japonais (Mishima Kawabata, Endo, Inoué), américains (Faulkner, Julien Green, Larry Brown, Ed Mac Bain, Penn Warren, Capote, Auster, Roth) et hispaniques (Garcia Marquez, Sepulveda, Allende, Sabato). De la littérature française, il retient les gens qui ont quelque chose à dire, les différents, les engagés : Yves Gibeau, Céline, Aragon, Balzac, Dumas, Chessex (suisse mais francophone et francophile), Henri Pollès, Bernanos et Duhamel …
Il n’est pas spécialement amateur de polars, mais plutôt de romans noirs, les « romans durs » comme disait Simenon.